Regards croisés sur l’économie
fontsizeup

fontsizedown

Visite guidée au coeur des travaux du Meilleur jeune économiste 2012 (2/2)

Générations imbriquées et démographie appliquée

Le 11 juin 2012, par Matthieu Solignac
Dossiers : Retraites, Finance

A l’occasion de la remise du prix du Meilleur jeune économiste à Hippolyte d’Albis, chercheur spécialiste d’économie démographique, RCE vous propose de partir à la découverte de ses travaux. Après la présentation générale des principaux résultats de ses travaux, le second épisode est plus particulièrement consacré à trois autres aspects de son activité : sa contribution au développement des modèles à générations imbriquées, ses travaux de démographie appliquée et ses activités d’animation de la recherche.

Le développement des modèles à générations imbriquées

Les modèles théoriques développés par Hippolyte d’Albis peuvent sembler un peu abscons, notamment au lecteur non initié à la modélisation mathématique. Sa contribution aux modèles à générations imbriquées est cependant au service de la résolution de problèmes au coeur de l’actualité telles que le financement des retraites, la répartition de la charge de la dette ou la préservation des ressources naturelles.

Développée par Allais (1947), Samuelson (1958) et Diamond (1965), cette famille de modèles vise à analyser les dynamiques de consommation et d’épargne d’une population constituée de différentes générations, qui se succèdent. Leur vie est découpée en deux phases : une phase d’activité puis d’inactivité. Un des problèmes centraux est de déterminer les profils de consommation et d’épargne qui procurent le niveau de satisfaction maximal de chaque individu sur l’ensemble de sa vie.

Il s’agit notamment de repérer la trajectoire optimale d’épargne individuelle et d’accumulation collective du capital. Les individus peuvent par exemple choisir de consommer l’intégralité de leur revenu lors de leur phase d’activité : ils obtiendront un niveau de satisfaction maximal à la première période mais aux périodes suivantes, leur niveau de revenu sera en contre-partie limité par l’absence d’investissement puisqu’ils n’ont pas épargné et à condition que tous les autres individus ont eu le même comportement. Ils peuvent au contraire choisir d’épargner une grande part de leurs revenu. Cependant, un tel niveau de privation n’est pas forcément plus efficace qu’une accumulation d’épargne plus progressive. Pour citer Malthus, dénonciateur précoce des risques d’épargne excessive : « ce surplus [...] ils feraient tout aussi bien de le jeter à la mer ».

Les modèles développés par H. d’Albis visent précisément à déterminer la trajectoire optimale d’accumulation et ses propriétés sous les conditions les plus variées (H. d’Albis et E. Augeraud-Véron, 2009 et H. d’Albis et E. Augeraud-Véron, 2011).

Ces recherches sur les modèles à générations imbriquées peuvent éclairer la prise de décision politique en aidant à prendre simultanément en considération les préoccupations du moment et ses conséquences à long terme : de la même façon qu’on détermine la répartition de la consommation d’un individu tout au long de sa vie, on peut en effet calculer l’allocation de la consommation une année donnée entre des individus d’âge différents.

Ces modèles à générations imbriquées peuvent ainsi être mobilisés au service de la détermination de la répartition optimale du revenu entre les générations. Ils constituent des outils d’évaluation de l’équité du partage entre les générations, partage d’une charge à l’instar de la dette ou d’une ressource telles que celles dites naturelles (H. d’Albis and S. Ambec, 2010).

Des travaux de démographie appliquée : l’écart d’âge entre conjoints et le caractère relatif de l’âge

La dimension pratique des travaux académiques d’Hippolyte d’Albis se manifeste plus directement dans ses articles de nature plus spécifiquement démographique. On peut distinguer deux axes de recherches : l’analyse de l’écart d’âge entre les conjoints (1) et celle du caractère relatif de l’âge (2).

(1) Les effets du déséquilibre observé entre le nombre d’hommes et le nombre de femmes dans certains pays peut varier de façon importante suivant l’effet combiné de la croissance de la population et de la tendance plus ou moins prononcée des hommes à se marier avec des femmes plus jeunes (H. d’Albis et D. de la Croix, 2012). Cette approche paraît ainsi plus pertinente qu’une analyse fondée sur le seul sex-ratio. L’évaluation de l’ampleur de son impact en ressort d’autant plus accrue pour la Chine par rapport à un pays comme l’Inde . L’évolution de cette différence d’âge est également un facteur de variation de la diffusion de maladies sexuellement transmissibles telle que le SIDA (H. d’Albis, E. Augeraud-Véron, E. Djemaï et A. Ducrot, 2012).

(2) Dans ses tous derniers travaux, H. d’Albis s’attaque à la question des seuils d’âge : à partir de quel âge appartient-on à la catégorie des personnes âgées ? Il propose de le déterminer en fonction de la structure de la population. Cette méthode enrichit l’approche du vieillissement de la population en modifiant la perception qu’on peut avoir de ses caractéristiques et de son évolution.

L’animation et la valorisation de la recherche

Au-delà de ses travaux académiques, Hippolyte d’Albis a contribué à des rapports d’expertise dans le domaine de l’économie de l’environnement. Il a participé à un rapport sur le développement durable rédigé en vue du « Grenelle de l’environnement » et en a coordonné un autre sur l’évaluation des bénéfices d’une meilleure surveillance des émissions de gaz à effet de serre. Depuis le début de l’année, il a également monté un séminaire d’économie démographique, le PSED (Paris Seminar in Economic Demography)], qu’il co-anime avec Najat El Mekkaoui de Freitas (Paris-Dauphine) et Carole Bonnet (Ined).

En savoir plus : Lire la première partie

Partagez :
Version imprimable

Vos commentaires

  • Le 24 avril à 14:06, par Jack Kallis78787

    Thank you for those great articles. I think it is important to study about our nation’s pros and cons in the population and sex ratio. Sometimes decisions are made without considering those facts by the authorities. I wish for a better deep thinking and long lasting plans for the countries future.
    http://www.poweredphones.com/

Répondre à cet article

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

© 2014 - Regards croisés sur l’économie - Crédits - Contact - Webdesign : Abel Poucet